Les différents médicaments pour lutter contre le stress sont ils sans danger ?

2 votes

0
médicaments contre le stress, sont ils efficaces, sans dangers ?

Face à tout changement, toute situation, l’organisme a une réponse de stress qui est la base de nos capacités adaptatives. La réponse de stress est donc, à la base, une bonne chose. Est ce que les médicaments sont une bonne solution, et comment ces derniers répondent aux différents types de stress ?

Des événements brutaux et intenses,  qu’on appelle des stresseurs, déclenchent une réaction de stress qui prépare l’organisme à fournir une réponse qu’on espère adaptée. Le cœur s’accélère et bat plus fortement afin d’apporter plus de sang aux organes, en particulier aux muscles et au cerveau, afin de mieux faire face à l’événement déclencheur. Mais aussi, lorsque les stresseurs sont d'ordre social, se préparer à la fuite ou au combat n’est pas forcément adéquat.
 

L’usage des médicaments contre l’angoisse et la dépression

Les troubles anxieux peuvent être soignés par plusieurs type de médicaments comme les antidépresseurs, les anxiolytiques (benzodiazépines et buspirone), ou encore la prégabaline. Les premiers anxiolytiques, des neuroleptiques comme la chlorpromazine des années 1950, soulageaient l’anxiété mais diminuaient nettement l’état de vigilance. Même si aujourd'hui, de nouvelles molécules ont moins d’effets secondaires, elles en ont encore et on considère que ces médicaments ne doivent pas être prescrits au long cours.

Les antidépresseurs

Certains médicaments antidépresseurs sont prescrits dans certaines formes d’anxiété : trouble d’anxiété généralisée (TAG), trouble panique ou phobie sociale. Ces médicaments agissent en inhibant sélectivement la recapture de la sérotonine (on les appelle des ISRS) ou agissent aussi sur la noradrénaline. Les effets de ces médicaments ne sont pas immédiats, il faut deux à quatre semaines pour en ressentir les effets bénéfiques. Il faudrait au moins une durée de 6 mois pour s’assurer d’une guérison durable. L’arrêt d’un traitement doit se faire de manière progressive pour éviter des effets secondaires.

Les benzodiazépines anxiolytiques

Ce type d’anxiolytique agit sur l’organisme en amplifiant la capacité de relaxation et réduit les manifestations physiques de l’anxiété. Avec une action rapide, ces médicaments doivent être utilisés pour une courte durée (12 semaines maximum). Leur dosage doit être le plus faible possible car ces médicament peuvent devenir addictifs et entraîner de la dépendance. En début de traitement, il n’est pas rare de ressentir une somnolence, c’est pourquoi il est recommandé de ne pas conduire sous l’emprise de ces médicaments. L’arrêt du traitement doit se faire en douceur avec une baisse des doses et de la fréquence, même en cas de prises de courte durée.

Les autres types d’anxiolytiques

La buspirone est un anxiolytique qui est plus performant dans la lutte des signes psychiques du stress que sur les symptômes physiques. Ses effets peuvent se faire ressentir au bout de 2 à 3 semaines, il serait moins addictif, entraînerait peu de troubles de la mémoire et de somnolence que les benzodiazépines. L’hydroxyzine (Atarax) est un anxiolytique de la famille des antihistaminiques. Avec pour action principale un effet sédatif, il peut exposer à un trouble du rythme cardiaque, de somnolence et il a des restrictions d’utilisation. La durée de prescription est limitée à 12 semaines. L’étifoxine (Stresam) est un anxiolytique recommandé surtout pour apaiser les manifestations psychosomatiques de l’anxiété.

Les effets indésirables des antidépresseurs/ anxiolytiques

Comme de nombreux médicaments, les antidépresseurs peuvent donner des effets indésirables. Ces effets varient en fonction du type de médicament mais aussi de la sensibilité du patient : une excitation ou une somnolence accrue, de la constipation, une sécheresse de la bouche, des chutes de tension, des prises ou pertes de poids et une baisse de la libido. La nature de l’antidépresseur va déterminer les effets secondaires qu’il peut engendrer.

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) ont des effets moins perturbants que les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), les antidépresseurs tricycliques ou les inhibiteurs de la sérotonine et de noradrénaline (IRSNA). Gare au mélange de ces derniers, qui peut provoquer des céphalées et des accidents vasculaires cérébraux.

Les anxiolytiques de type benzodiazépines peuvent altérer les fonctions psychomotrices, provoquer des troubles du comportement et la perte de connaissance en cas de surdosage. Les benzodiazépines peuvent provoquer des effets secondaires comme une perte de mémoire des faits récents.

On peut aussi constater de l’insomnie, des troubles de la concentration, avec des risques de récidives de dépression et d’anxiété. Une prise régulière pendant 3 mois pourrait augmenter de 30 % le risque de maladie d’Alzheimer.

Les solutions naturelles pour vaincre l’angoisse

Les médicaments peuvent soulager durant une courte période et il est bon de considérer que cette amélioration qu’on sait passagère devrait être utilisée pour mettre en place des solutions qui pourront aider sur le long terme. Ainsi ces médicaments peuvent par exemple permettre une psychothérapie, impossible quand l’angoisse est à un niveau trop élevé.

La thérapie cognitive, la pratique de la méditation de pleine conscience, ou encore toutes les méthodes à base de relaxation peuvent aider. Le programme TheraSerena, qui propose une thérapie cognitive et comportementale peut s’avérer une alternative. Il permet de mieux comprendre les cercles vicieux de l'anxiété, des émotions, des pensées et du comportement.

Il vous permet également de pratiquer des techniques anti-stress personnalisées pour désamorcer l’angoisse. Grâce au suivi de nos psychologues, vous évaluez vos progrès tout au long de l’entraînement, en s’ajustant à votre rythme. Cette méthode permet se débarrasser du stress durablement en se répartissant sur 3 secteurs : la gestion mentale, émotionnelle et du comportement.


Quels médicaments peuvent être efficaces en cas de d’anxiété ou de dépression dans les situations de stress ?

Lorsque l’angoisse est au premier plan les anxiolytiques peuvent soulager pendant une courte durée (12 semaines maximum). Lorsqu’on arrive à la phase d'épuisement du stress et que la dépression prend le dessus, le médecin prescrira des antidépresseurs.


Comment se débarrasser du stress et de l’anxiété ?

La première chose à faire est de comprendre ce qui cause le stress, et d'identifier les stresseurs, ainsi que ses propres réactions mentales ou physiques, afin de pouvoir y répondre spécifiquement. Il n’existe pas une méthode miracle, mais la méditation de pleine conscience, les différentes méthodes de relaxation,  la thérapie cognitive s’avèrent souvent efficaces. Le programme TheraSerena permet de d'aborder 3 secteurs : la gestion mentale, émotionnelle et comportementale.


Comment soigner le stress naturellement ?

Avec des programmes qui se focalisent sur la gestion mentale, émotionnelle et comportementale, on devient moins fragile face aux stresseurs. Les médicaments sont à voir comme apportant un premier soulagement, mais surtout comme des outils permettant de mettre en place des solutions plus durables.

 

2 votes

0

Je fais le point

sur mon stress

Mon bilan gratuit en 4mn

Sur une échelle de 1 à 6 comment évaluez-vous votre moral aujourd’hui?
Vous êtes
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même série

X