Le stress, un facteur de risque d'hypertension artérielle

Article
0
En quoi le stress peut être un facteur de risque à l'hypertension artérielle ? La réponse ici

Lorsque l’on est hypertendu, on est davantage exposé à développer une pathologie cardiovasculaire grave comme un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral, si l’on souffre de stress chronique ou d’anxiété. Mais le stress peut-il être un facteur de risque de l’hypertension artérielle ?

L’hypertension artérielle est une élévation anormale de la pression artérielle qui peut engendrer une pathologie cardiovasculaire. On dit qu’il y a hypertension quand la pression artérielle systolique est supérieure à 140mmHg et la pression artérielle diastolique supérieure à 90mmHg. La diastole correspond au moment où les cavités du cœur se remplissent, la systole, celui où le cœur se contracte et expulse le sang pour l’envoyer dans les artères. Le cœur agit comme une « pompe » qui reçoit le sang circulant et le rejette de manière régulière pour oxygéner l’organisme

Le rouage est bien huilé quand le cœur et les artères sont en bonne santé. Mais si la pression artérielle est trop élevée, elle provoque une rigidité des artères, augmente le travail cardiaque et fatigue davantage le muscle cardiaque. On dit alors qu’il y a hypertension artérielle.

On ne peut confirmer une hypertension artérielle qu’après trois consultations à plusieurs mois d’intervalle, durant lesquelles les pressions systoliques et diastoliques restent au-dessus de 140/90mmHg.

Le stress peut-il être un facteur de risque de l'hypertension artérielle ? 

Les raisons d’une hypertension artérielle sont multiples. Mais dans 90 % des cas, on dit qu’elle est « essentielle », c’est-à-dire que les causes sont inconnues. En revanche, dans 10 % des cas, l’hypertension artérielle est « secondaire ». C’est-à-dire qu’elle est le fruit d’autres pathologies sous-jacentes telles qu’une maladie rénale, un rétrécissement des artères rénales, une hyperthyroïdie, un diabète insulinodépendant…

En revanche, de nombreux facteurs peuvent aggraver une hypertension déjà installée.

On distingue deux catégories de facteurs de risque : ceux qui sont modifiables et permettent d’agir sur l’hypertension artérielle et ceux qui ne le sont pas. Une même personne peut avoir plusieurs facteurs de risque. On dit alors que son hypertension artérielle est « multifactorielle ».

Les facteurs de risque non modifiables sont :

  • L’âge (50 ans chez l’homme, 60 ans chez la femme)

  • Les antécédents familiaux d’accidents vasculaires précoces

  • l’hérédité

  • le sexe

Les facteurs modifiables sont l’alimentation, l’obésitéla sédentarité, le diabète, l’alcoolémie, le tabagisme, le stress…

L’hypertension artérielle et le stress sont étroitement liés

Le stress est un phénomène physiologique qui se déclenche lorsque nous sommes en danger imminent ou lorsque nous devons nous adapter à une situation inconfortable. Dans ce cas, la pression artérielle augmente, le cœur accélère son rythme, nos poumons délivrent plus d’oxygène, bref, le corps se défend et agit. De plus, le système nerveux sympathique s’active provoquant la libération d’hormones de stress dont l’adrénaline sur la plupart des organes, dont le cœur et les vaisseaux, pour donner au corps l’énergie dont il a besoin pour fuir ou combattre.

Mais ces modifications sont ponctuelles et disparaissent une fois qu'on a géré son stress.

De nombreuses personnes confondent « tension nerveuse » et hypertension artérielle et ils pensent que le stress est responsable de leur hypertension. Ils se trompent. On peut être stressé et hypertendu et être hypertendu sans pour autant être stressé. Ce n’est pas parce que la vie est tumultueuse, que l’on a des tonnes de responsabilités, que l’on vit sous pression et que l’on est fatigué, que forcément notre tension artérielle va augmenter de manière pathologique et récurrente. On peut aussi être d’un tempérament calme et serein et pourtant souffrir d’hypertension artérielle.

Il arrive aussi que l’on ait une hypertension artérielle « émotionnelle ». C’est par exemple ce que l’on appelle l’effet « blouse blanche ». On se sent terriblement anxieux lors d’une visite chez le médecin et subitement la pression artérielle grimpe au plafond ! Mais cette hypertension artérielle est passagère et disparaît après la consultation.

Quoi qu’il en soit, si l’on est réellement hypertendu et que l’on souffre de stress, notre organisme tout entier est aux abois et notre pression artérielle a du mal à se stabiliser. Dans ce cas, on multiplie le risque de développer une pathologie cardiovasculaire grave telle que l’infarctus du myocarde ou l’accident vasculaire cérébral, conséquences majeures de l’hypertension artérielle.

C’est la raison pour laquelle, au-delà des médicaments qui sont délivrés pour combattre l’hypertension, les médecins conseillent aux patients hypertendus de modifier leur comportement alimentaire, d’avoir une hygiène de vie irréprochable, de faire du sport, de limiter la consommation d’alcool, de stopper le tabac et de ne plus stresser, en faisant par exemple des exercices de relaxation tels que le Training autogène de Schultz ou la méthode de Relaxation Jacobson pour s’apaiser.

Conclusion : le stress n’est pas à l’origine de l’hypertension artérielle. Et même si indéniablement, il déclenche des poussées hypertensives, celles-ci restent ponctuelles et réversibles.

De nombreuses études ont mis en avant le fait que le stress pourrait aggraver le risque d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral, en accélérant la formation de plaques d’athérome. Celles-ci seraient générées par une oxydation et une inflammation au niveau de nos vaisseaux sanguins.

Ainsi, nos émotions négatives et notre anxiété chronique pourraient être responsables d’athérosclérose et provoquer à terme une pathologie cardiovasculaire grave et lourde de conséquences. Enfin, inversement si le stress aggrave les problèmes cardiovasculaires, Herbert Benson, cardiologue de l’université de Harvard a démontré dès 1969, l’efficacité des méthodes de relaxation pour la régulation de l’hypertension artérielle.

Théraséréna peut vous aider à vaincre votre stress et votre  hypertension

Basé sur les thérapies comportementales et cognitives, le programme ThéraSéréna peut vous aider à retrouver votre sérénité et lutter contre votre stress qui ne fait qu’aggraver votre hypertension artérielle.

Grâce à TheraSerena vous allez évaluer votre stress et en comprendre les impacts négatifs sur votre santé physique et psychique et calmer en profondeur vos émotions grâce à des tests de relaxation. Mais vous allez aussi chasser vos pensées négatives avec les méthodes de psychologie positive et améliorer votre comportement face au stress avec les techniques de gestion du temps.

Article
0

Je fais le point

sur mon stress

Mon bilan gratuit en 4mn

Sur une échelle de 1 à 6 comment évaluez-vous votre moral aujourd’hui?
Vous êtes
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même série

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X