Pourquoi le stress fait-il grossir ? la réponse de notre expert

Article
0
Pourquoi le stress fait-il grossir ? la réponse de notre expert, psychiatre et psychothérapeute, Gérard Apfeldorfer

Quand on souffre de stress chronique, on mange plus qu’il ne faudrait pour apaiser nos angoisses. Résultat ? Nous grossissons. Mais il arrive aussi que nous prenions du poids sous l’effet du stress sans pour autant faire d’excès alimentaires... Pourquoi le stress fait-il grossir ? La réponse ici de notre expert, psychiatre et psychothérapeute, Gérard Apfeldorfer.

L’angoisse fait-elle grossir ? Si l’on mange au-delà de nos besoins nutritionnels, on prend du poids. Cela paraît évident et ne laisse aucun doute. Mais le stress serait aussi responsable de notre surcharge pondérale, même si l’on ne consomme pas davantage de calories. Explications.

Pourquoi et comment le stress fait-il grossir ? 

Quand le stress est trop lourd à porter, l’envie de se « remplir » avec des aliments gras et sucrés devient presque une évidence. Pourquoi ? Parce que ce sont les aliments les plus réconfortants. Inconsciemment, nous les associons à ceux de notre petite enfance… Et au-delà de nourrir notre estomac, ils nourrissent aussi nos émotions.

Gérard Apfeldorfer confirme : « la raison la plus évidente qui fait que l’on grossit sous l’effet du stress est que l’on mange alors davantage. Ce sont les aliments les plus énergétiques, gras et sucrés, qui permettent le mieux de combattre les effets du stress et d’apporter un certain réconfort. Bien des personnes tentent ainsi de minorer leurs souffrances en mangeant.

Les personnes qui souffrent d’angoisses de séparation, c'est-à-dire qui sont très affectées par les séparations (deuils, divorces, départs, pertes diverses…) utilisent souvent ce genre de stratégie. Parfois, on se met à manger davantage sans en être bien conscient, et l’augmentation des apports passe inaperçue.

Selon Gérard Apfeldorfer la réponse alimentaire au stress est naturelle : « on sait que le mangeur, en choisissant des nourritures qu’il apprécie, active ce que l’on appelle aujourd’hui ses systèmes "récompensants" (endorphines, dopamine) qui produisent un effet apaisant. Mais l’anomalie n’est pas de chercher à se réconforter en mangeant. Elle réside ailleurs, dans un trouble du réconfort, qui justement empêche le sujet de parvenir à se réconforter en mangeant ! Manger quand on a besoin de réconfort n’est pas un problème en soi lorsqu’il s’agit d’une stratégie ponctuelle. Cela le devient s’il s’agit d’une conduite répétitive : on mange alors à la longue plus que ses besoins ne le voudraient et on grossit ».

On peut grossir sans pour autant manger davantage, quand on souffre de stress. 

Le stress est physiologique et se déclenche face à l’urgence ou quand nous devons répondre à une situation inconfortable et complexe. Une série de mécanismes se mettent en place pour nous aider à « survivre ». C’est notamment le cas de l’adrénaline, surnommée « hormone guerrière » qui se mobilise pour aiguiser notre vigilance. Puis c’est le cortisol qui entre en jeu pour nous fournir le carburant nécessaire face au stress, en transformant nos graisses en sucre, un énergisant naturel de notre organisme.

En règle générale, tous ces mécanismes s’arrêtent quand la situation stressante est passée.

Mais quand le stress devient chronique, le cortisol et l’adrénaline fonctionnent à « plein régime » dans le but de conserver nos capacités énergétiques. L’organisme fait donc des réserves de graisse pour répondre aux demandes excessives de cortisol et d’adrénaline. Conséquence ? Le poids augmente.

Gérard Apfeldorfer ajoute : « certaines études suggèrent qu’on peut grossir sous l’effet du stress sans manger davantage. L’état de stress perturbe en effet bien des mécanismes hormonaux, en particulier chez certaines personnes prédisposées génétiquement. Il convient dans ce cas, non pas de se mettre au régime et de se priver de manger, mais d’entreprendre un travail psychothérapeutique ».

Stress et prise de poids : quelles solutions ?

Se faire aider par un psychothérapeute peut nous aider à décortiquer la cause de notre stress et mettre des mots sur nos « maux ». Mais ce n’est pas suffisant.

En parallèle, il est urgent de rééduquer notre comportement alimentaire : attendre d’avoir faim pour se mettre à table, déguster plutôt que d’avaler ce que nous avons dans notre assiette, mâcher longuement pour ressentir l’effet de satiété, bref, autant d’attitudes essentielles pour ne plus stresser et retrouver un poids de forme.

D’autre part, il est essentiel d’apprendre à gérer nos émotions, pour ne plus être esclave de la nourriture quand le stress nous envahit. La thérapie comportementale et cognitive est l’une des solutions les plus cohérentes pour mieux comprendre le cercle vicieux du stress sur nos ressentis physiques, psychiques, et émotionnels. C’est aussi un moyen de nous aider à calmer nos ressentis et chasser nos pensées négatives. C’est enfin pouvoir vivre plus sereinement et ne plus se laisser « étouffer » par le stress et la nourriture.

Article
0
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même série

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X