Comment faire face à la dépression du post-partum?

Article

163 votes

0
Dépression post-partum : Détectez les symptômes et adoptez nos cinq conseils pour y remédier

Vous avez accouché il y a plusieurs semaines et votre bébé est une pure merveille ! Pourtant, vous êtes à fleur de peau, et vous vous sentez lasse, sans entrain. Et pour couronner le tout, vous ne cessez de pleurer alors que vous venez de mettre au monde ce petit bout de chou que vous espériez tant… Et si c’était une dépression post-partum ? Détectez avec nous les symptômes de cette maladie et adoptez nos cinq conseils pour y remédier.

Vous souhaitez apprendre à gérer votre stress ?
Faites le bilan de votre gestion du stress en 3min
Je démarre mon bilan gratuit !

Définition de la dépression post-partum

Selon les scientifiques et le corps médical, la dépression post-partum représente un « syndrome dépressif qui apparaît le plus souvent dans les quatre à huit semaines après l'accouchement avec une intensité variée. Son début est possible par un tableau de "post-partum blues" qui dure ».

Après l’accouchement, des chamboulements psychologiques et hormonaux viennent troubler la vie de la jeune maman. Elle se sent vulnérable, irritable, comme amputée, mélancolique. C’est ce que l’on appelle le baby-blues. Ce phénomène est dû aux profondes modifications hormonales qui suivent l’accouchement et les symptômes disparaissent habituellement aussi vite qu’ils sont apparus.

En revanche, la dépression post-partum (ou post natale) est bien plus préoccupante. Elle est le prolongement de ce « baby blues » et peut durer longtemps. Aussi longtemps qu’elle n’est pas détectée et prise en charge…

Après avoir été dorlotée durant 9 mois, la jeune maman se retrouve devant le fait accompli : le bébé est là, et avec lui de grandes joies, mais aussi de grandes responsabilités. Elle n’est plus « une », mais « deux » et c’est souvent difficile à assumer. D’ailleurs, les témoignages de mères qui ont vécu une dépression post-partum le confirment : le retour à la maison s’accompagne souvent de grande anxiété, mais aussi de profond désespoir et d’envie de tout lâcher.

Quels sont les facteurs qui favorisent la dépression post-partum ?

L’arrivée d’un bébé chamboule le mode de vie et peut provoquer une série de tensions bien compréhensibles : problèmes financiers, conflits au sein du couple, manque de soutien familial. Mais il y a aussi une vulnérabilité structurelle et une fragilité émotionnelle chez certaines jeunes mères, ce qui peut expliquer ce virage vers une dépression post-natale. C’est aussi souvent le cas quand des épisodes dépressifs ont déjà eu lieu dans le passé.

Conséquences de la dépression post-natale ?

Une dépression post-partum peut être lourde de conséquences sur l’équilibre de la mère, mais aussi sur celui de l’enfant. Nombreuses sont ces jeunes mères qui souffrent d’un manque d’estime de soi et plongent dans la culpabilité par crainte de ne pas être à la hauteur, de ne pas pouvoir assumer ce rôle de mère. On constate une fragilité dans le lien d’attachement à leur enfant, voire un véritable rejet de celui-ci. Et le bébé ? C’est une véritable « éponge » car il ressent toutes les émotions dont sa maman est la proie. Son développement cognitif et affectif peut alors en être affecté.

Dépression post-partum : comment s’en sortir ?

La plupart du temps, le traitement de la dépression post-partum comprend des antidépresseurs et des anxiolytiques naturels ou non. Néanmoins, même si ces médicaments peuvent calmer les symptômes, ils ne suffisent pas à agir sur les causes du mal-être et sur ses répercussions. Dans ce cas, un accompagnement psychothérapeutique est conseillé.

Vous souffrez de dépression post-partum ? Suivez ces quelques conseils afin de calmer vos angoisses et retrouver votre sérénité

Mettez des mots sur votre dépression post-partum pour la comprendre

Le seul fait d’accepter votre mal-être, de lâcher prise, et l’associer à l’arrivée de l’enfant serait déjà un grand pas. Et pouvoir en parler avec votre entourage, mettre des mots sur votre souffrance, vous sentir écoutée et comprise pourrait vous soulager et vous réconcilier avec vous-même. Vous faire aider par un thérapeute ou intégrer un groupe de parole, permettrait de vous délivrer de votre désarroi et comprendre cette dépression postnatale qui vous saisit.

Aérez-vous avec votre bébé pour chasser vos idées noires et vaincre votre dépression post-partum

Et si vous alliez prendre l’air ? Peut-être connaissez-vous un jardin, un square, un endroit de campagne où vous pourriez vous installer pour quelques instants avec votre enfant. Et profitez de ces instants pour vous intéresser à votre bébé. Écoutez ses gazouillis, parlez-lui avec bienveillance, répondez à ses sourires, fredonnez-lui vos chansons préférées… C’est le moment de respirer profondément, de contempler le paysage qui vous entoure, de prendre conscience que la vie est pleine de ressources. Vous verrez que peu à peu ces escapades vous deviendront indispensables.

Offrez-vous des séances de sophrologie pour déstresser et agir sur votre dépression post-partum

Bouleversement hormonal, montées de lait, stress, manque de sommeil… L’arrivée du bébé ne vous laisse aucun répit que ce soit physiquement comme psychologiquement. Différentes méthodes sont à votre disposition: les différentes méthodes de relaxation, la sophrologie, le yoga, le Tai Chi Chuan, la méditation de pleine conscience peuvent vous aider. Essayez, et si cela vous convient, ne vous contentez pas d’une seule séance.

Soignez votre apparence pour en finir avec votre dépression postnatale

Voilà des semaines que vous avez accouché et votre moral est en berne. Votre corps s’est transformé et vous ne supportez plus l’image que le miroir vous renvoie. Vos cheveux sont ternes, votre peau a perdu son éclat et votre garde-robe laisse à désirer. Stop ! Il est temps de vous reprendre en main. Inscrivez-vous dans une salle de sport pour chasser vos rondeurs ou pratiquer des sports anti-stress. Passez chez le coiffeur, offrez-vous cette robe qui vous plait tant et courez chez l’esthéticienne pour faire peau neuve. Enfin, maquillez-vous à nouveau, hydratez votre visage et nourrissez votre corps qui en a bien besoin. Bref, prenez soin de vous et surtout, faites-vous plaisir. Rien de tel pour retrouver le sourire !

Faites appel aux thérapies comportementales et cognitives pour agir sur votre stress et enrayer votre dépression post-partum

Votre enfant réclame toute votre attention et vous manquez d’énergie ? Vous êtes en larmes à la moindre contrariété ? Vous vous sentez épuisée psychologiquement ? Si vous souffrez de dépression post-partum, les thérapies comportementales et cognitives de gestion du stress peuvent vous aider. Recommandées par la HAS (Haute Autorité de Santé), elles représentent le traitement jugé le plus efficace, en cas de burn-out, de dépression et pour les troubles anxieux. C’est la raison pour laquelle ThéraSéréna a inclus les thérapies comportementales et cognitives dans son programme de gestion du stress. Avec ThéraSéréna vous allez apprendre à calmer profondément vos ressentis et vos émotions, canaliser votre stress et chasser vos pensées négatives. Mais vous allez aussi modifier votre comportement et faire baisser la pression qui vous envahit. Enfin, vous allez pouvoir aborder votre rôle de mère avec plus de sérénité.

Comment savoir si je fais une dépression post-partum ?

La dépression post-partum est un état dépressif apparaissant le plus souvent dans les quatre à huit semaines après l’accouchement, communément appelé le “baby-blues”. Phénomène physiologique où la maman subit des bouleversements hormonaux, elle peut facilement se sentir irritable, stressée et mélancolique.

Quand la dépression post-partum survient-elle ?

On parle de dépression post-partum lorsque le baby-blues persiste, soit après 4 à 8 semaines après l’accouchement. Si à ce moment là, la maman est toujours déprimée et mal en point, elle est dans un état de dépression post-partum.

Comment se sortir d’une dépression post-partum ?

La première chose à faire est de consulter son médecin traitant, qui vous adressera à un psychiatre ou un psychologue. Souvent, un traitement médicamenteux, à base d’antidépresseurs et d’anxiolytiques est nécessaire. Les thérapies cognitives et comportementales comme le propose le programme ThéraSéréna peuvent être d’une aide précieuse.

 

Article

163 votes

0

Je fais le point

sur mon stress

Mon bilan gratuit en 4mn

Sur une échelle de 1 à 6 comment évaluez-vous votre moral aujourd’hui?
Vous êtes
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même série

Dans la même rubrique

5 étapes pour lâcher prise rapidement

Article

372 votes

0
La réaction de stress est une réaction adaptative qui prépare à avoir une réponse adaptée face à un événement déclencheur, qu’on appelle un stresseur. On a tendance à parler de « stress » pour évoquer les difficultés qu’une personne a pour…
Lire plus
Tous les articles de la rubrique
X