Tout savoir sur le baby blues pour mieux le surmonter !

Article
0
Tout savoir sur le Baby blues pour mieux le surmonter  !

Voilà deux jours que votre bébé est né et bizarrement vous ne cessez de pleurer. Non pas de joie, mais de tristesse. Tout vous irrite, les pleurs sont fréquents, les ruminations se bousculent et vous avez même perdu l’appétit. Pourtant, vous devriez être emplie de bonheur… Pas de doute. Vous souffrez du baby-blues ! Mais faut-il s’en inquiéter ? Et le baby-blues, c’est quoi ?

Le baby blues, c'est quoi ? 

Le baby-blues est un véritable chamboulement psychologique qui s’installe, une manifestation émotionnelle dont les symptômes sont difficiles à gérer, alors que la jeune maman devrait accueillir son bébé avec sérénité. Comment reconnaître un baby blues ? Il se manifeste généralement le troisième jour après l’accouchement et ne dure en général qu’une dizaine de jours maximum. À ne pas confondre avec la dépression post-partum, un syndrome qui apparaît le plus souvent dans les quatre à huit semaines après l’accouchement et dont les symptômes sont bien plus sévères que lors d’un baby-blues.

Quelles sont les causes du baby blues ?

  • Elles sont d’abord physiologiques. L’accouchement déclenche une chute brutale d’hormones qui fragilise l’équilibre émotionnel de la maman et entraîne un grand épuisement.
  • Elles sont également psychologiques. Durant toute la grossesse, le bébé et la maman sont en fusion totale, se « nourrissent » mutuellement, existent par le regard des autres, les attentions, les aides, les sourires et les câlins. Et soudain, quand le bébé arrive, le « cordon » est coupé.

Désormais, le petit être mis au monde prend toute la place et la maman ressent un vide profond et une immense détresse. Mais pas seulement. Il y a aussi la culpabilité d'être triste et désœuvrée alors que cet évènement est magique et qu’elle comble son entourage. Enfin, elle réalise le poids de son rôle dans l’épanouissement, la santé, l’éducation de son enfant et elle a peur de ne pas en être à la hauteur. Sans parler de l’épreuve de sa reconstruction physique, avec le manque d’estime de soi face aux kilos encombrants, aux vergetures, aux douleurs pelviennes, aux montées de lait, au ventre abîmé…

Alors elle déprime, se sent stressée, pleure pour des broutilles, fait des insomnies, broie du noir, explose pour un rien… Et le retour à la maison n’arrange rien. Parce qu'entre les tétées, les pleurs du bébé, les lessives et l’organisation du foyer, il reste peu de moments pour souffler et se détendre. Fort, heureusement, en quelques jours, les choses s’améliorent. Car le baby-blues n’a fait que passer…

Le baby blues du papa

La plupart du temps, il est aux anges ! Mais il arrive aussi qu’il souffre d’une forme de baby-blues généré par la peur de ne pas être un bon père, de ne pas assumer pleinement ses nouvelles responsabilités et de décevoir sa famille. Il est effrayé par cette « troisième » personne qui prend soudain beaucoup de place au sein de son couple et perturbe ses repères, son équilibre. Il se sent anéanti, et peut avoir besoin d’un soutien psychologique ponctuel pour enrayer son mal-être.

Comment surmonter le baby blues ? Nos trois conseils

Confiez-vous pour éviter le baby-blues

Non, vous n’avez pas à avoir honte de souffrir d’un baby blues. Et en parler à vos proches serait un bon moyen de vous soulager. Votre meilleure amie, votre compagnon, votre maman, tous ont certainement une excellente écoute et trouveront les mots pour vous réconforter. Et si s’exprimer, c’est un peu s’exposer, c’est aussi accepter sans détour ce que l’on ressent et ainsi dédramatiser.

Ayez recours aux « remèdes » naturels contre le baby-blues

Homéopathie, huiles essentielles, certains anti-stress naturels ont des vertus apaisantes et pourraient vous aider à passer le cap sans difficulté. Mettez aussi le cap sur les compléments alimentaires pour faire du bien à votre cerveau : vitamines, oméga-3, magnésium, zinc, tryptophane (un acide aminé régulateur de l’humeur). Un véritable cocktail de zénitude !

Pratiquez la cohérence cardiaque pour gérer votre baby blues

Peut-on calmer ses angoisses et chasser son stress par la respiration ? La réponse est oui. Alors, si vous êtes à cran depuis que vous avez mis au monde votre bébé et que votre humeur oscille entre crises de larmes et crise de nerfs, il est temps de tester la cohérence cardiaque. La cohérence cardiaque est une technique de respiration visant à contrôler ses émotions et limiter l'anxiété. Comment ? Il est dit que la « cohérence cardiaque » optimale s’obtient en effectuant 6 cycles de respirations par minute, durant 5 minutes, 3 fois par jour. Ce que l’on appelle dans le jargon médical le « 365 », une méthode efficace révélée par le Dr David Servan-Schreiber.

Comment prévenir le baby-blues ?

Voilà à peine quelques mois que vous êtes enceinte et comme vous êtes d’un naturel anxieux, vous redoutez déjà l’accouchement. D’ailleurs, même si vous êtes folle de bonheur à l’idée d’avoir un bébé, tout ce qui touche de près ou de loin à sa naissance vous terrorise. Stop ! Il existe des solutions pour soigner votre stress et ne pas vous laisser submerger par vos émotions, une fois que votre bout de chou sera dans son berceau.

Le programme TheraSerena, vous connaissez ?

Basé sur les thérapies comportementales et cognitives, il contribue à vous apporter un réel bien-être durant votre grossesse et à préparer sereinement l’arrivée du bébé. Comment ? Grâce à des outils performants et l’accompagnement de coachs psychologues, TheraSerena vous aidera à analyser et comprendre les raisons de votre stress, à chasser vos peurs irraisonnées, à apaiser vos ressentis et à vous redonner confiance en vous. Le baby blues sera alors bien loin de vos pensées…

Article
0

Je fais le point

sur mon stress

Mon bilan gratuit en 4mn

Sur une échelle de 1 à 6 comment évaluez-vous votre moral aujourd’hui?
Vous êtes
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même série

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X